Les effets du chewing-gum sur l'environnement.

I) Le chewing-gum biodégradable

Un chewing-gum, met environ cinq ans à se biodégrader : c’est 90 fois moins qu’un sac en plastique mais 12 fois plus que pour un simple morceau de papier !

Le consommateur américain consomme 300 chewing-gums par an.

La France est le deuxième pays consommateur mondial de chewing-gum avec 5 chewings- gums par semaine!

Mais combien pensent à adopter un comportement  de citoyen en jetant leur chewing-gum dans une poubelle ?  Et bien très peu… D’où l’idée d’un fabricant mexicain de lancer un chewing-gum biodégradable fabriqué avec du latex naturel issu d’un arbre fruitier très commun au Mexique, le sapotillier.

Le sapotillier est un arbre fruitier originaire des Caraïbes et de l'Amérique centrale qui s'est ensuite répandu en Afrique et en Asie.

Ce chewing-gum biodégradable appelé le Chicza se dégrade en un mois. Il est lancé en Grande-Bretagne en avril 2009 et devrait l’être en France fin 2009. Comme il coûte deux fois plus cher à fabriquer qu’un chewing-gum chimique traditionnel on ne connaît pas encore son prix public.

Les Chicleros (cultivateurs du Chicza) obtiennent la sève blanche des fameux arbres par des saignés. Il faudra ensuite huit années pour que ces blessures guérissent et que les troncs produisent à nouveau de la chiclé. Ce cycle que l'on peut qualifier de "renouvelable" permet de préserver la forêt tropicale du phénomène de la déforestation.

Ainsi la fabrication de ce chewing-gum biodégradable ne met pas en danger l’environnement.

L'autre avantage reste que cette gomme est biodégradable et commence à se désagréger après la phase de mastication.

 

 

a) Les différences entre le chewing-gum biodégradable et traditionnel.

 

Différences dans la composition :

Ayant pour vocation d'être biodégradable, le chewing gum bio présente dans sa composition de nombreuses différences avec le chewing gum habituel. D'une part, les fabricants ont fait le choix d'un chewing gum sans sucre, et l'ont remplacé par des édulcorants. D'autre part, ce chewing gum utilise des colorants et des arômes naturels (d'origine végétale). De plus, au lieu d'élastomères synthétiques et de gommes issues d'hydrocarbures, le chewing gum biodégradable utilise de la gomme arabique (qui provient de la sève des arbres) et de la cire de carnauba (d'origine végétale également).

 

Différences au niveau des apports nutritifs :

 

 

     Chewing gum traditionnel

    Chewing gum Bio sans sucre

Valeur énergétique pour 100g

177,6

204

Protéines

0

                                        Traces

Lipides

0

0,3

Glucides

44,4

79,4

_dont sucres

44,4

0

_dont polyos (édulcorants)

0

77,5

Sodium

0

0

Fibres

0

0

b)      Tests de dégradation du chewing-gum dans le milieu naturel.

 N'ayant pas pu nous procurer des chewing gum biodégradables à cause d'une tornade au Mexique (pays d’origine du sapotillier), nous n'avons pas pu réaliser les tests de dégradation nous-même. Nous savons déja qu'un chewing gum traditionnel met environ 6 ans pour se dégrader dans des conditions naturelles, mais il faut savoir que le chewing gum bio n'a besoin que de cinqs mois pour disparaître totalement, soit 15 fois moins!

 

 

II) Le chewing-gum qui ne colle pas

 

Vous en avez assez de ces chewing-gums qui se collent à vos semelles, aux trottoirs et défigurent les rues ? Ces problèmes ne seront dorénavant plus que des souvenirs grâce à une équipe de scientifiques anglais de l’Université de Bristol, qui a inventé le premier chewing-gum qui ne colle pas !

Les chewing-gums collés sur la chaussée sont devenus un tel problème et un tel gouffre financier (en effet la Grande-Bretagne débourse chaque année 150 millions de livres, c’est-à-dire plus de 216 millions d'euros, pour nettoyer ses rues des chewing-gums qui s'y sont collés) qu’il a fallut employer des mesures radicales. Au Singapour, par exemple, l’état a tout simplement interdit la consommation de chewing-gums à l’intérieur du pays… Seuls les chewing-gums à propriétés thérapeutiques sont autorisés et seulement sous ordonnance !

Plus précisément, ce chewing-gum, baptisé "Clean Gum", présente la spécificité de se décoller facilement du sol, des semelles, des vêtements ou des cheveux.

Le "Clean-Gum" serait, aussi, le premier chewing-gum biodégradable. Selon les premiers résultats des recherches menées par les scientifiques, il se dégraderait naturellement au contact de l'eau. Les chercheurs ont constaté que les chewing-gums vendus aujourd'hui restaient collés à la chaussée trois fois sur quatre tandis que dans tous les cas, le "Clean gum" se décollait au bout de 24 heures maximum grâce à des "événements naturels".

Pour parvenir à cette petite révolution, les chercheurs ont modifié la composition du chewing-gum en y ajoutant un polymère réduisant l'adhésion de la gomme.

Mais pas de panique, les chercheurs soutiennent que le "Clean-Gum" est toujours aussi bon à mastiquer que les chewing-gums classiques et qu'il conserve toute la saveur des chewing-gums vendus actuellement.

Une société américaine, baptisée « Revolymer » s’est chargée quant à elle de la fabrication du produit connu sous le nom de « removable gum ».

Test du « removable gum » sur une chaussure 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×